Forum de suivi de la raterie Trouwarat / Follow up forum of Trouwarat Rattery
 
AccueilSiteFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [AFRMA] Culling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Utopya
Rat adulte / Adult rat
Rat adulte / Adult rat
avatar

Féminin Messages : 612
Date d'inscription : 14/10/2011
Age : 29
Localisation : Le Mans

MessageSujet: [AFRMA] Culling   Dim 13 Nov - 20:58

Culling (http://www.afrma.org/culling.htm)

La question qui a tourmenté les amateurs de rats pendant de nombreuses années

    Note de la traductrice : J'ai gardé le terme anglais "culling" qui est celui utilisé dans le milieu francophone. Celui-ci signifiant "sélection", mais aussi "élimination", "abattage", "massacre".


      Le culling est l'élimination d'animaux dans un programme de reproduction.

      Les rats sauvages ont en moyenne 6 à 9 ratons dans des conditions favorables. Les rats domestiques en ont environ 8 à 12 et très souvent ils peuvent en avoir 14 à 16 par portée. Des rats domestiques ont déjà eu jusqu'à 22 ratons !

      Les rates ont seulement 12 mamelles ; les souris en ont 10.

      Les souriceaux sont beaucoup plus susceptibles d'être hors-compétition que les ratons.


    Le redoutable mot commençant par un "C". Ce sujet a créé plus de controverse, d'arguments et de combats interminables que n'importe quel autre sujet chez les amateurs de rats et de souris. Il a aussi donné naissance à une quantité énorme d'incompréhensions, certaines d'entre elles seulement basées sur des sentiments à chaud et une mauvaise information des deux côtés. Plutôt que de se cacher de ce sujet déplaisant, ou de dire "Tu peux le faire, mais n'en parle à personne", je pense qu'il est temps de jeter un œil calme et mature à ce concept.

    Qu'est ce que le culling ?

    Selon le dictionnaire American Heritage, la définition du verbe "to cull" est de "choisir parmi les autres, sélectionner". La définition change un peu lorsqu'elle est liée à la reproduction d'animaux. Dans ce contexte, le mot fait généralement référence à l'élimination d'animaux d'un programme de reproduction, ou à la réduction de la taille d'une portée, souvent par euthanasie.

    Culling de rats

    Pourquoi diable quelqu'un choisirait-il d'euthanasier certains bébés de ses portées ? C'est la question qui a engendré tellement de controverse. Je vais essayer d'expliquer cela.

    Les rats dans la nature qui vivent dans un grenier et ont de la nourriture en abondance ont une moyenne de 6 à 9 ratons, ceux vivant dans des conditions moins favorables en ont moins. S'ils en ont plus, les bébés sont petits et n'ont pas un taux de survie aussi fort que ceux issus de petites portées. Ainsi, les rats provenant de grandes portées ne survivent pas, et la plupart des bébés issus de petites portées survivent et se reproduisent.

    En captivité, les rats ont traditionnellement été conservés parce que ce sont des reproducteurs prolifiques. Les scientifiques et les producteurs d'aliments pour reptiles sélectionnent systématiquement les animaux qui ont des portées plus grandes. Sans sélection naturelle, ces plus petits bébés grandissent et se reproduisent. Ainsi, nos rats domestiques ont une moyenne de 8 à 12 ratons, et souvent plus.

    Les rates ont un très fort instinct maternel. Elles font de leur mieux pour élever autant de ratons qu'elles le peuvent, et élèvent souvent ceux d'autres espèces. Des rates ont déjà tenté d'élever jusqu'à 25 bébés, et bien qu'elles restent généralement un peu petites toute leur vie, elles sont en assez bonne santé. Bien qu'élever une grande portée fatigue la femelle, elle récupère une fois les bébés sevrés.

    Les rates ont 12 mamelles. Si elles ont plus de bébés que cela, elles les divisent en plusieurs tas. Elles passeront leur temps à aller d'un tas à l'autre pour nourrir les bébés, attrapant de quoi boire et manger entre deux tétés. Dans la plupart des cas elles perdent du poids, leur fourrure se dégarnie, et lorsqu'elles voient quelqu'un elles demandent à sortir de leur cage et à s'éloigner de leurs bébés. Lorsque les ratons sont sevrés, la femelle retrouve généralement rapidement son poids et son état d'avant.

    Dans la nature, il est vraisemblable (j'ai lu que cela arrive dans 90 % des cas) qu'une femelle avec deux tas de ratons verra l'un des tas mangé par un prédateur avant que les petits n'atteignent l'âge de deux semaines. Elle sera elle même exposée à un fort risque de prédation à cause de la fatigue d'élever un grand nombre de bébés. Si elle est mangée, tous les bébés meurent. C'est simplement la sélection naturelle à l’œuvre.

    Dans nos maisons, la sélection naturelle ne fonctionne pas, ainsi certains éleveurs prennent cela en main. Ce n'est pas parce qu'ils s'en fichent de leurs animaux, c'est même le contraire. Ils se sentent responsables de leur femelle gestante, et c'est donc de leur responsabilité de vérifier qu'elle n'ait pas trop de bébés qui provoqueraient un stress inutile pour elle. Ils ressentent également que c'est à eux d'assurer à chaque bébé l'opportunité d'atteindre son potentiel de taille et de santé maximum. Cette hypothèse est renforcée par le fait que les scientifiques aient démontré que les rats et souris ayant un meilleur taux de croissance (le poids étant proportionnel à la taille, pas de surpoids) sont meilleurs aux tests d'intelligence et de sociabilité que leurs camarades grandissant plus lentement.

    Les éleveurs voyant les choses de cette façon prennent les choses en main pour réduire la taille d'une large portée jusqu'à un niveau leur semblant aisé. Ils font cela en faisant adopter des bébés à une autre femelle si cela est possible, ou en euthanasiant certains bébés ayant des problèmes ou étant particulièrement petits. Cela reflète la sélection naturelle. Si la portée est encore trop grande, ils choisiront de garder les bébés ayant le plus de chances de trouver de bonnes maisons.

    Un petit nombre d'éleveurs utilise le culling parce qu'ils refusent d'amener les excès de bébés en animalerie étant donné qu'ils risquent d'y être maltraités et utilisés comme nourriture pour reptiles. Ces éleveurs sont concernés par le fait qu'ils ne seront pas capable de trouver de bonnes maisons pour la totalité d'entre eux, et préfèreront prendre sur eux de voir leurs ratons euthanasiés humainement à l'âge de 3 ou 4 jours que de prendre le risque qu'ils soient maltraités.

    Culling de souris

    Les éleveurs utilisent le culling de souris majoritairement pour les mêmes raisons, bien que les souris aient leurs particularités.

    Les souris ne sont pas les mères merveilleuses que sont les rates. Dans la nature, si un souriceau est petit, il n'a généralement pas assez de nourriture, s'affaiblit, et est poussé dans un coin du nid. Lorsque ce bébé devient froid, la mère le tue et le mange. Souvent une mère souris tue et consomme la totalité de sa portée si elle est dérangée ou si celle-ci est assez grande pour la fatiguer. Cela fonctionne très bien dans la nature et c'est un comportement que nous observons parfois chez les souris domestiques.

    Les souriceaux sont beaucoup plus susceptibles d'être hors-compétition que les ratons. Les freluquets ne rattrapent presque jamais le retard de santé ou de taille avec leurs frères et sœurs, et finissent souvent simplement par mourir de faim. Certains éleveurs laissent la nature suivre son cours, alors que d'autres interviennent et tuent les plus petits.

    L'une des raisons pour lesquelles les souris anglaises sont si grandes est que les amateurs anglais utilisaient le culling pour amener les portées à 2 ou 3 bébés. Cela permettait aux souris d'atteindre leur meilleur potentiel, et ils sélectionnaient ensuite les plus grandes d'entre elles pour la reproduction. Le culling joue un grand rôle dans la création des souris anglaises, et elles ne sont vraiment pas douées avec les grandes portées.

    Souris mâles

    Les souris mâles présentent leur propre dilemme. Il y a souvent plus de mâles que de femelles dans une portée. Ils sont plus grands, et fréquemment les femelles ont des difficultés à rivaliser. Cela entraîne des femelles plus petites, et dans de grandes portées certaines peuvent mourir.

    Malheureusement, ce sont les souris femelles qui sont demandées en tant qu'animal de compagnie. Bien que certains d'entre nous aient une préférence pour les mâles, la plupart des gens préfèrent les femelles. Ils ont de bonnes raisons. Les mâles ont une odeur très caractéristique que la plupart des gens trouve très répugnante. Les souris mâles se battent aussi généralement avec les autres mâles, devant donc être laissés seuls.

    Si un éleveur a juste une lignée de souris et qu'il reproduit le nombre minimum de portées pour la maintenir, il doit faire quatre portées par an. Si le nombre moyen par portée est de 8 bébés, 4 mâles et 4 femelles, cela donne 16 mâles par an. Avec une durée de vie moyenne d'un an et demi, cela fait 24 mâles à la fois. Vingt-quatre mâles, chacun dans sa propre cage séparée qui doit être nettoyée, chacun devant être manipulé, nourri, et abreuvé. Pour la plupart des éleveurs, cela dépasserait leurs moyens pour tout maintenir de manière responsable. Presque toutes les personnes ayant essayé de garder chaque mâle qu'elles ne plaçaient pas ont fini avec tellement de souris que leurs moyens ont été dépassés.

    Certains éleveurs emmènent leur surplus de mâles en animalerie pour être donné aux reptiles. D'autres utilisent le culling à l'âge de 2 ou 3 jours. De temps en temps nous entendons parler de quelqu'un qui les a relâché dans un champs, mais comme ces animaux meurent généralement de faim nous déconseillons vivement de le faire.

    Quoiqu'il arrive, si vous élevez des souris, vous aurez à affronter le dilemme de savoir quoi faire des mâles.

    To cull or not to cull

    C'est la question qui a tourmenté les amateurs de rats domestiques pendant de nombreuses années. Certains disent que le faire est un meurtre, d'autres que c'est cruel de ne pas le faire. C'est vrai ! C'est faux ! Aucun ! Les deux !

    La politique d'AFRMA en tant que club est très simple. AFRMA ne soutient pas ni ne condamne la pratique du culling. Bien qu'AFRMA encourage chaque individu à se renseigner sur le sujet (ainsi AFRMA propose des débats comme celui-ci) et de prendre une décision basée sur ce qui est le mieux pour lui et ses animaux.

    Certains des membres du comité de direction d'AFRMA utilisent le culling, d'autres ne le font pas. Si vous demandez à un membre du comité de direction son opinion sur le culling, c'est ce que vous obtiendrez. Juste son opinion, et non la recommandation du club.

    Les personnes que je connais qui utilisent le culling ne le font pas parce qu'ils sont cruels ou indifférents, ni parce qu'ils voient leurs animaux comme jetables. Ils le font parce qu'ils sentent que c'est une décision responsable pour eux. Dans la plupart des cas c'est une décision déchirante et émotionnellement bouleversante qu'ils prennent parce qu'ils ressentent que c'est la meilleure chose à faire pour leurs animaux. La même chose peut être dite des personnes qui n'utilisent pas le culling.


    Auteur original / Original author : Nichole Royer (28 décembre 2010)
    Traduction / Translation : Cécile Voisin (21 septembre 2011)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[AFRMA] Culling
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Débat méthode "culling"
» Communiqué : Les Traductions (AFRMA)
» Calendrier AFRMA 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Trouwarat :: LES RATS / RATS :: Articles / Articles :: Traductions / Translations-
Sauter vers: